/ Comptes rendus provisoires
 / Comptes rendus exhaustifs
 / Réponses aux questions



 / Réponses aux questions

Voici les questions posées par le public. Nous affichons les réponses obtenues du maà®tre d'ouvrage, après vérification par la CPDP.

Retour à  la liste des thèmes

Thème séléctionné : Les comparaisons internationales: les pistes de gestion et de recherche

Question de : paillard emmanuel baume de transit 26790
C'est bien que le sujet de la gestion des déchets nucléaires soit posé pour la France, mais les nations unies ne devraient-elles pas y réflechir aussi et établir des règles planétaires? De nouveaux pays émergeants se dotent de centrales nucléaires mais ont-ils les moyens de gérer leurs déchets?

Réponse de : DGEMP
Réponse du ministère de l'Industrie :

Comme vous l’indiquez, la question de la gestion des déchets radioactifs se pose à  tous les pays ayant fait le choix du nucléaire pour produire de l’électricité. Aussi, une concertation internationale sur le sujet du nucléaire civil a-t-elle vu le jour de longue date. C'est le rà´le de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA, www.iaea.org), créée en 1957 et dont le siège est à  Vienne (Autriche). Organisation autonome placée sous l'égide des Nations Unies (l'ONU), elle sert de forum intergouvernemental mondial pour la coopération technique dans l'utilisation pacifique des technologies nucléaires. Ses travaux visent notamment à  établir des consignes de sà»reté et de sécurité pour le nucléaire civil, à  mettre en place des conventions internationales, ainsi qu'à  proposer des revues internationales entre professionnels de tous les pays pour l'évaluation réciproque de la qualité de leurs travaux et de leurs infrastructures dans le domaine nucléaire (réunions d'examen par les pairs).

L'Agence de Vienne sert ainsi spéficiquement de cadre à  la mise en oeuvre de la "Convention commune sur la sà»reté de la gestion du combustible usé et la sà»reté de la gestion des déchets radioactifs". Cette convention prévoit, outre les principes généraux que doivent respecter les Etats en la matière, des réunions d'examen triennales (la présente phase s'achèvera en mai 2006). L'Agence élabore également des "normes de sà»reté" et des "codes", régulièrement mis à  jour, dont une série sur la gestion et le transport des déchets radioactifs.

Question de : COUTURIER Bernadette
Les autorités du Bélarus ont exprimé vendredi leur inquiétude concernant le projet d'un site de stockage de déchets nucléaires en Lituanie à  proximité de la frontière commune et d'un parc national bélarusse. Quelles conclusions peut-on essayer de tirer après lecture de cette information et comment lever les inquiétudes ?

Réponse de : DGEMP
Signataire : ministère

Comme vous l’indiquez, la question de la gestion des déchets radioactifs se pose à  tous les pays ayant fait le choix du nucléaire pour produire de l’électricité. Aussi, une concertation internationale sur le sujet du nucléaire civil a-t-elle vu le jour de longue date. C'est le rà´le de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA, www.iaea.org), créée en 1957 et dont le siège est à  Vienne (Autriche). Organisation autonome placée sous l'égide des Nations Unies (l'ONU), elle sert de forum intergouvernemental mondial pour la coopération technique dans l'utilisation pacifique des technologies nucléaires. Ses travaux visent notamment à  établir des consignes de sà»reté et de sécurité pour le nucléaire civil, à  mettre en place des conventions internationales, ainsi qu'à  proposer des revues internationales entre professionnels de tous les pays pour l'évaluation réciproque de la qualité de leurs travaux et de leurs infrastructures dans le domaine nucléaire (réunions d'examen par les pairs). L'Agence de Vienne sert ainsi spécifiquement de cadre à  la mise en Å“uvre de la "Convention commune sur la sà»reté de la gestion du combustible usé et la sà»reté de la gestion des déchets radioactifs". Cette convention prévoit, outre les principes généraux que doivent respecter les Etats en la matière, des réunions d'examen triennales (la présente phase s'achèvera en mai 2006). L'Agence élabore également des "normes de sà»reté" et des "codes", régulièrement mis à  jour, dont une série sur la gestion et le transport des déchets radioactifs.

Question de : BRODIN Marie
J'ai lu qu'à  par la France, seuls les Etats-Unis, la Suède et la Finlande se préoccupent de leurs déchets radio-actifs. Mais que font les autres pays ? Il y a bien d'autres pays qui produisent de l'énergie avec le nucléaire ?

Réponse de : DGEMP
Signataire : Ministères

Comme vous l’indiquez, la question de la gestion des déchets radioactifs se pose à  tous les pays ayant fait le choix du nucléaire pour produire de l’électricité. Au-delà  des pays que vous citez, l'ensemble de ces pays se préoccupe donc de la gestion de leurs déchets radioactifs. cette question donne d'ailleurs lieu à  de multiples interactions entre ces pays, par le biais de collaborations dans le domaine de la recherche ou dans le cadre d'organisations formelles.

Dans ce cadre, on peut citer par exemple l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA, www.iaea.org), créée en 1957 et dont le siège est à  Vienne (Autriche). Organisation autonome placée sous l'égide des Nations Unies (l'ONU), elle sert de forum intergouvernemental mondial pour la coopération technique dans l'utilisation pacifique des technologies nucléaires. Ses travaux visent notamment à  établir des consignes de sà»reté et de sécurité pour le nucléaire civil, à  mettre en place des conventions internationales, ainsi qu'à  proposer des revues internationales entre professionnels de tous les pays pour l'évaluation réciproque de la qualité de leurs travaux et de leurs infrastructures dans le domaine nucléaire (réunions d'examen par les pairs) et notamment pour ce qui concerne la gestion des déchets radioactifs.