/ Comptes rendus provisoires
 / Comptes rendus exhaustifs
 / Réponses aux questions



 / Réponses aux questions

Voici les questions posées par le public. Nous affichons les réponses obtenues du maà®tre d'ouvrage, après vérification par la CPDP.

Retour à  la liste des thèmes

Thème séléctionné : Radioactivité et santé: le risque

Question de : Monsieur MERIC  Suresnes 92150
Quel est l'impact pour la santé des stockages de l'Aube déjà  gérés par l'Andra? Les gens sont-ils malades autour de ces sites de stockage? L'Andra a calculédes doses en surface de stockage. Est-ce dangereux oui ou non?

Réponse de : DGEMP
Signataire : Andra

La réglementation prévoit que l’impact d’une installation nucléaire sur le public ne doit pas dépasser un seuil fixé à  1 millisievert par an (par comparaison, la dose reà§ue en moyenne par individu, en France, du fait de la radioactivité naturelle est d’environ 2,5 millisieverts par an). L’Andra s’est fixée sur les centres de stockage de l’Aube une limite plus basse de 0,25 millisievert par an, et ce quelle que soit la période de temps concernée (c'est-à -dire aussi bien pendant l’exploitation du stockage qu’après la fermeture du Centre, et màŞme après l’éventuel arràŞt de la surveillance de celui-ci).

Si on considère le Centre de stockage FMA de l’Aube, les évaluations de dose présentées par l’Andra dans le dossier de demande d’autorisation de rejets et de prélèvement d’eau soumis à  enquàŞte publique en 2003 donnent les évaluations suivantes, calculées pour la période d’exploitation du Centre, dans des conditions pessimistes qui ne correspondent pas à  des expositions réelles : pour les rejets atmosphériques : 0,00086 mSv/an au plus pour un adulte, 0,0013 mSv/an pour un enfant ; pour les rejets liquides : 0,0046 mSv/an (adulte) et 0,0074 mSv/an (enfants). Ces doses sont calculées pour des individus fictifs installés à  proximité de la rivière des Noues d’Amance (exutoire du site) et tirant une partie significative de leur alimentation de produits cultivés sur place. Les màŞmes impacts, calculés pour le centre de stockage TFA, sont encore plus faibles. Ces doses sont donc très inférieures à  la fois à  l’objectif de l’Andra, à  la limite réglementaire et au niveau de la radioactivité naturelle.