/ Comptes rendus provisoires
 / Comptes rendus exhaustifs
 / Réponses aux questions



 / Réponses aux questions

Voici les questions posées par le public. Nous affichons les réponses obtenues du maà®tre d'ouvrage, après vérification par la CPDP.

Retour à  la liste des thèmes

Thème séléctionné : L'ITER

Question de : KERVENNIC Yann
Pourquoi la France s'est jetée dans iter alors que d'autres voies sont totalement négligées telle la sonoluminescence qui semble beaucoup plus élégante et a déjà  un échos favorable aux Etats-Unis ?

Réponse de : DGEMP
Réponse : Ministères

ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) est une installation de recherche qui a pour objectif d’acquérir des connaissances scientifiques et techniques afin de s’assurer de la faisabilité de produire de l’électricité au moyen de la fusion nucléaire par confinement magnétique. Les six partenaires au projet (Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, Japon, Russie et Union européenne) ont décidé le mardi 28 juin 2005 à  Moscou de construire cette installation en France, à  Cadarache, sur la commune de Saint-Paul-lès-Durance (région Provence- Alpes - Cà´te d’Azur). Les avantages de l’énergie de la fusion sont l’utilisation d’un combustible (deutérium) en abondance et bien réparti sur la planète, l’impossibilité d’emballement de la réaction nucléaire conduisant à  un accident de grande ampleur, l’absence d’émissions de gaz à  effet de serre et une gestion simplifiée des déchets radioactifs.

Depuis la découverte de la fusion d-d par Rutherford en 1932, il a été montré que de nombreux processus physiques pouvaient conduire, en laboratoire, à  la fusion des isotopes de l'hydrogène (fusion par confinement magnétique, fusion inertielle, fusion par accélération d'ions, fusion cathalisée par muons, sonoluminescence...), mais la question cruciale reste celle du bilan énergétique. Parmi tous les concepts étudiés, la fusion par confinement magnétique est le seul procédé qui permette d'envisager aujourd'hui d'obtenir un gain positif significatif entre l'énergie produite et l'énergie fournie. Avec ITER, c'est un gain de 10 qui est escompté.

Question de : TIS SANDRA paris
à§a veut dire quoi la "fusion nucléaire", à  quoi à§a sert exactement? Est ce que à§a peut déboucher sur une explosion et àŞtre destructeur? C'est quelque chose d'accidentel ou de maà®trisé? Merci de votre réponse.

Réponse de : DGEMP
Signataire : Ministères

La fusion nucléaire est une réaction nucléaire dégageant une très grande quantité d’énergie qui permettrait de produire de l’électricité.

Aujourd’hui, cette réaction n’est pas maà®trisée par l’homme et est au stade de la recherche. En revanche, elle est naturellement présente dans la nature dans des milieux extràŞmement chauds comme dans le soleil. Au cĹ“ur de cette étoile, la température de plusieurs dizaines de millions de degrés qui existe permet d’assurer la fusion entre des noyaux d’atomes légers comme ceux de l’hydrogène en hélium permettant la libération d’une très grande quantité de chaleur. Cette dernière par un effet de rayonnement atteint ensuite la terre et permet la vie sur celle-ci.

La fusion est donc le mariage entre des noyaux d’atomes très légers qui donne naissance à  un noyau plus lourd et qui s’accompagne d’une très forte libération d’énergie. Elle se distingue radicalement de la fission, autre type de réaction nucléaire, qui consiste à  casser des noyaux d’atomes très lourds en deux noyaux de taille plus réduite sous l’effet de l’impact d’un neutron. L’énergie de fission ainsi libérée est connue depuis longtemps et est utilisée dans les centrales nucléaires.

Les recherches sur la fusion portent sur la fusion de deux noyaux d’atomes légers les plus accessibles à  savoir ceux du deutérium et ceux du tritium, deux isotopes de l’hydrogène. Le deutérium est un élément qui peut àŞtre extrait de l’eau de mer et est abondant. Le tritium, corps radioactif, qui n’existe pas dans la nature peut àŞtre obtenu à  partir du lithium que l’on trouve dans les mers et dans la croà»te terrestre.

La fusion nucléaire est l’une des voies qui permettrait de produire une énergie abondante, sà»re et sans émissions de gaz à  effet de serre. En effet, le combustible utilisé est disponible en grande quantité. Par ailleurs, le réacteur de fusion n’émet pas de gaz à  effet de serre et ne présente pas de risques d’emballement. Enfin, la réaction de fusion produit de l’hélium, un gaz non radioactif, les déchets radioactifs se limitant principalement aux matériaux du réacteur.